Rico et sarah c’est qui ?



Comment et pourquoi en es tu arrivé(e) à faire du surf ?
Rico :
Je suis arrivé au surf en essayant en vacance. J’avais déjà un passif de glisse urbaine (Sk8, Bicross, snow, ski) et ça en moi depuis les premiers surf session de mon enfance. Une fois le surf essayé je savais que ça allait faire partie intégrante de ma vie plus ou moins vite.
Sarah :
J’ai débuté le surf individuellement à l’âge de 8ans, j’habitais à 500m de la plage et mon frère prenait des cours de surf régulièrement, c’est lui qui m’a poussé à m’y mettre.

Le surf pour toi c’est quoi ?
Rico :
C’est une façon de vivre, un mode de vie. « Surfer » signifie certainement plus que le simple fait d’aller à l’eau et de prendre une vague. Ca veut dire pour moi un life style synonyme de voyage, d’ouverture , de partage , de découverte et de rigolade.
Sarah :

C’est un moyen pour moi de passer du temps dans l’eau autrement qu’en me baignant simplement, et de partager de très bons moments entres amis. C’est à la fois un moyen de se divertir, de se défouler et d’évacuer.


Le surf en tandem est relativement rare, comment vois-tu son évolution dans les années à venir ?
Rico :
Le développement du Tandem est en bonne voie puisqu’après la création de l’ITSA nous avons maintenant un championnat du monde officiel et un circuit coupe du monde en 5 étapes. Grâce à ça notre sport devient plus médiatique et donc plus professionnel. En France la fédération Française de surf nous aide depuis 5 ans et sans elle rien de tout ce que nous vivons en ce moment ne serais arrivé. Si les sponsors suivent et ce rendent enfin compte de l’impact de notre sport sur « Mr tout le monde » alors le futur de notre sport sera garanti à de belles perspectives.
Sarah :

Je pense que le surf tandem a déjà énormément évolué depuis les 5 dernières années, grâce à la création des coupes de France, des Championnats de France puis tout récemment avec la création de l’ITSA qui organise une coupe du monde et un championnat du monde, permettant à de nombreux couples de rivaliser de la manière la plus juste possible, ce qui est déjà un grand pas. Maintenant, j’espère que la discipline va continuer de se développer et que les pratiquants vont être de plus en plus nombreux.

Quels sont les avantages et inconvénients du surf en couple ?
Rico :
Les avantages du Tandem sont forcément dû au fait que nous vivons chaque étape à deux. Une communion parfaite sur la vague et une coordination impeccable peuvent éboucher sur un simple partage de la joie de surfer. Tout est donc multiplié par deux. Les inconvénients ne sont pas si nombreux. A part la partie logistique du transport de l’engin sur les spots partout dans le monde rien n’est à mes yeux un inconvénient.
Sarah :

Pour ma part les avantages sont beaucoup plus nombreux que les inconvénients, a tel point qu’un inconvénient ne me vient même pas à l’esprit. Le surf en couple c’est avant tout le plaisir de pouvoir partager une vague à deux et toute les sensations qui s’en dégage. C’est aussi la possibilité pour moi de surfer des vagues que je n’aurais même pas envisagé de surfer toute seule, et pouvoir partager justement de telles sensations est un avantage de taille. Les sessions à l’eau sont beaucoup plus amusante puisqu’on est deux sur la planche à déconner en attendant qu’une série se montre ou en ramant, et même parfois en surfant.


A combien estimes-tu le nombre de pratiquants en France et à l’étranger ?
Rico :
Nous étions 15 couples l’année dernière licenciés en France et on recense presque 100 couples dans le monde.
Sarah :

Je pense qu’en France le nombre de pratiquants est d’a peu près quinze couples, dont une dizaine que l’on peut retrouver régulièrement en compétition. Dans le monde, d’après ce que j’ai vu en compétition à l’étranger je dirais que nous sommes environ une soixantaine de pratiquants.

Dans quel pays as-tu déjà surfé ?
Rico :
Hawaii , Tahiti , Australie , Portugal , Californie , Indonésie pour le Tandem et Guadeloupe , Ireland , Angleterre , Belgique , Espagne , Maroc , Mentawaii , Nouvelle Zélande pour le surf en solo.
Sarah :

En Australie, à Hawai, en Californie, à Tahiti, en Indonesie, et en France bien sûr.


Quel est le pays dans lequel tu as pris les meilleures vagues ?
Rico :
L’endroit au monde où j’ai pris mes meilleures vagues est tout simplement chez moi à Lacanau sur mon home break. Surtout une fameuse session de gros pendant le Quick Pro France où tout le monde dans les landes faisant du Tow in pendant que nous, nous surfions en Tandem loin des medias une droite parfaite de 3 à 4 m juste en face de la maison. J’aime particulierement chez moi pour tous les avantages de surfer à la maison mais si je devais choisir un endroit au monde où j’ai pris mes meilleures vagues ce serais l’Indonésie.
Sarah :

Nous avons eu de très belles vagues un peu partout dans le monde, mais pour moi LA session qui restera gravée en moi comme une de mes meilleures session est celle que l’on a eu à Lacanau, un matin d’octobre où les vagues mesuraient environ 3m parfait et où nous étions que 5 à l’eau dont deux tandems. C’était vraiment magnifique et on s’est régalé.

Quels autres sports es-tu amené(e) à pratiquer ?
Rico :
Je pratique tout ce qui touche à l’eau (Pirogue 4 places + 1 place , Stand up paddle , Longboard , Body surf , Voile , Windsurf) et d’autres sports pour se maintenir en forme (VTT , Snowboard , Ski , Snowscoot , Golf , footing , Muscu , Pelote Basque).
Sarah :

J’ai fait du cirque en école à Bordeaux pendant 12 ans, où je touchais un peu à tout, corde lisse, trapèze, contorsion, portées acrobatiques etc, …, et j’ai arrêté cette année faute de temps libre, mais je compte bien m’y remettre un jour.